Orna Ralston, chamane : la magie du son

Orna Ralston, sur les ailes de l'Ange
Orna Ralston, sur les ailes de l'Ange

Orna Ralston est chanteuse de profession. Elle  s’est orientée vers la guérison par le son après sa rencontre avec la voyante et professeur Wai Turoa-Morgan en Nouvelle-Zélande, où elle a découvert leurs racines chamaniques.

Servant d’intermédiaire, Orna enseigne et travaille aux Pays-Bas, Allemagne, Autriche et Suisse.

Sa mission :

Guérir avec le son et le bruit. Savoir que le Son peut être déployé en de nombreuses façons, par exemple, comme conseiller ou  thérapeute pour enfants, ou guérisseur.

J'ai "croisé" virtuellement Orna Ralston voici quelques années via Myspace. Séduite par sa voix, comme interprète professionnelle, je suis rentrée en contact avec elle. Sa simplicité, son "accéssibilité", sa gentillesse ont creusé un chemin de l'une à l'autre.

Il me tient à coeur de la voir figurer dans cette rubrique, justement titrée : "coups de coeur" alors j'ai fouiné sur la toile et j'ai traduit tout ce que j'ai pu la concernant. Je vous invite à faire de même et à partir à la découverte de cette âme riche et douce, proche des anges...

Maïa.

Qui est-elle ?

Orna Ralston vient de Suisse et représente la tradition juive.

Chanteuse professionnelle et musicienne elle est également une professeur expérimentée dans l'expression, l'authenticité et le chante.

Ses cours, toujours empreints d'humour,  sont colorés  de sa riche expérience en tant que chanteuse et interprète.

Orna Ralston nous aide à sortir de nos blocages et nous apprend à laisser sortir librement nos bruits de gorge, non  pas pour chanter (magnifiquement), mais  pour l'utilisation intuitive de notre voix afin d’accéder aux vibrations et à l'âme.

La vibration du son peut aider à résoudre  la douleur et les émotions bloquées, ce qui permet à l'énergie de circuler. Donc du plaisir en utilisant le son et la voix.
Dans ses ateliers, vous découvrirez vos qualités vocales de guérison et apprendrez à l'utiliser pour vous-même et pour les autres. Au menu, humour, rire en plus de sa présence aimante, son lien avec le monde de la lumière pour que l’âme voyage.

Le KoTaMo

En 1993, lorsque Orna a  entendu  son propre « son intérieur » qu'elle  ne pouvait comparer  à aucun instrument connu, elle n'avait aucunement idée que ce serait le début d'un long et  passionnant voyage

La première étape en fut sa rencontre avec des sons de bols chantants et avec le KoTaMo. Voici ce qu’elle en dit alors en 1994 :

— Une fois, j'ai entendu dire que le battement d’aile de certains anges  a un son tellement beau qu’il est indescriptible ; et que,  du fait du mouvement des ailes, les sons si beau, si éthérée, si ... pourraient briser ce qui n'a jamais été entendu sur  terre. Cela va au-delà de toute description angélique.
    De tels mots se sont gravés dans mon esprit comme un  désir ardent d’être en mesure d'entendre et d’expérimenter ce son. Oui, peut-être même trouver un son dans un instrument qui  pourrait probablement presque l’égaler. Comme c’est souvent le cas avec les choses qu’on cherche le plus, elles sont généralement très proches. A cette époque déjà, je jouais d'un instrument qui s’était trouvé sur mon chemin de façon enchanteresse. C'est un instrument de 48 cordes qui recouvre en fait trois instruments en un : un Koto, un Tanpura et un monocorde. Le Koto est un instrument à cordes japonais, la Tanpura vient de l'Inde et le monocorde est un instrument que l'on dit être le tout premier. On pourrait l'appeler la mère de tous les instruments à cordes. Sur mon monocorde j’ai fixé 31 cordes, accordées à la même hauteur intensifiant ainsi le plaisir d’entendre les notes supérieures.       

Jouer de cet instrument a toujours signifié quelque chose de spécial pour moi parce que - à ma connaissance - on ne sait pas comment cet instrument doit être joué de manière concertante. On l’utilise pour méditer et guérir, mais pas pour jouer en concerts. Cela signifie que le public et moi pouvons plonger avec des  « oreilles fraîches » dans le monde des sons.

Une autre particularité est que ce son est en quelque sorte fragile et cependant très fort, d'une certaine manière sphérique. Plus qu’avec mes autres projets musicaux dont je prends bien soin et dans quel que cadre  que nous soyons engagés. La mer n’est pas répandue dans un lac. Les églises et les salles de méditation ont démontré être des navires enrichissant le son lui conférant l'espace nécessaire pour se déployer. Ou bien,  est-ce peut-être aussi parce qu'on dit que les anges sont attirés par de tels environnements ?    

À une époque où les  sons des instruments s’élèvent, c'est comme si par ses tonalités on était transporté dans un autre monde. Puis, soudain, on est dans l'Himalaya et on ne remarque même pas qu’on aurait eu besoin d’ailes... »

Le voyage d’Orna continue. Maintenant ce sont les bols de la planète et les diapasons qui la fascinent. Mais il lui faudra beaucoup de temps avant qu'elle ne trouve les bons ....

Shamanic teaching 2013
Shamanic teaching 2013

Retour à sa carrière professionnelle.

Entre 1996 - 2000, elle suit une formation en art et expression thérapeutique, qu’elle termine par une MA (Magister Artium), en art thérapie avec la psychologie comme sujet second.

4 ans plus tard, Orna Ralston se rend à une invitation au  cinéma.  On passe un documentaire. En sortant de la salle, la première chose qu'elle dit, c’est

  Je suis si heureuse de ne pas être l'une d'eux !

Elle ne sait pas encore que seulement quelques semaines plus tard, elle rencontrera Wai Turoa-Morgan, chaman et matakit (voyante) de Nouvelle-Zélande. Celle-ci lui dit  :

  Savez-vous que vous portez les énergies chamaniques en vous ? Vous avez besoin d'une formation spéciale.

Wai lui propose alors de devenir son assistante personnelle et son étudiante. A partir de ce moment, Orna l’accompagne à  nombre de ses ateliers dans toute l'Europe. Elle apprend comment cela se passait dans les temps anciens : elle développe son enseignement et fait ses propres découvertes et expériences. Des souvenirs commencent à faire surface et prennent vie  et peu à peu elle doit reconnaître qu'elle apprend à se re-connecter non  pas à des choses nouvelles, mais à des choses anciennes.

A présent,  Orna dirige des ateliers en Allemagne, en Hollande, en Autriche et en Suisse. En plus de cela, elle enseigne dans 3 programmes d'étude de Wai.

Le droit d’être malade

— Dans ma profession, je rencontre souvent des gens ayant perdu leur équilibre physique, mental et / ou spirituel, pour une raison ou une autre. La cause de notre rencontre peut être une blessure au genou, un chagrin, le sentiment que la vie passe sans que l’on soit capable d’en saisir la signification essentielle. Un coup c’est ci, un coup c’est ça. Depuis un certain temps, je suis de plus en plus consciente et profondément touchée du fait que beaucoup se blâment pour leur douleur. Un client m’a récemment demandé clairement : Pourriez-vous s'il vous plaît me dire ce que je fais de mal?

Pour moi chaque personne est un mystère. Quand je suis autorisée à l’accompagner lui ou elle, je suis toujours accompagnée par ce qui fait leur monde. Il ya tellement de raisons à l’origine de la douleur. Cela peut être un style de vie qui a fini par devenir disharmonie ; cela peut provenir d’un héritage et se révéler seulement  à une période ultérieure de la vie ; cela  peut venir d’une attitude perturbatrice intérieure ou extérieure ; cela peut être une mémoire latente ou une réponse d’une vie antérieure ; cela peut être une malédiction qui pèse sur des épaules ; cela peut être un poison mental et / ou physique et émotionnel.

Je pourrais énumérer de nombreuses raisons qui causent les maladies mais j'espère que cette courte liste donne une idée de la complexité de la santé.

Il ya aussi des gens dont le système immunitaire physique, mental et / ou émotionnel est fort comme un bœuf. Un style de vie inapproprié ne les affecte pas ou en tout cas, seulement à un stade tardif. Ils peuvent fumer, jurer et prendre des décisions inconsidérées sans même affecter leur santé. Cela aussi, sans être un sportif. N’est-ce pas injuste?

Mais la maladie n'est pas une punition ni une pénitence venant du ciel ou dont il faut se débarrasser. Aussi les équivalences simples comme «mal de dos = votre fardeau est trop grand, mal d'oreille = vous ne voulez pas entendre quelque chose? Ou encore, un nez bouché = de quoi avez-vous donc marre ? Cela ne comptent pas.

Dans le travail de chaman qui m’est familier, je ne suis pas seule à connaître la personnalité et le caractère d'une personne, mais il y a aussi ses parents, ses amis, ses voisins, et même ses ennemis. Ceci peut également inclure les joies et les peines d'inimitiés proches de lui. En outre, je rencontre des animaux, des plantes, des pierres, des pays, des lieux pour lesquels son cœur bat ou pas. Mais ce n'est pas tout. Je découvre son imagination, les images et les rapports qu'il a ramassés à la télévision ou dans la presse et je prends des histoires qui l’influencent consciemment ou inconsciemment. En bref, chaque être humain, c’est la création tout entière. En lui donnant une véritable seconde pensée et le questionnant sur ce que cela signifie vraiment il n'y a pas d'échappatoire à l'étonnement.

Enfin,  je risque de traduire par écrit une pensée délicate : Est-ce que la maladie est toujours quelque chose qui doit être guéri ? Se pourrait-il que parfois - avec des milliers de possibilités c’est aussi bien tel que c’est ?

 (interview parue dans Magazin Spuren, printemps 2013 que j’ai adapté en français)

Mail order for CD‘s, bookings for seminar & concerts

or.music@me.com

Links

orna on facebook

orna on myspace

www.ralston.ch

the shamanic teachings holland

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Cesvaine (vendredi, 03 octobre 2014 10:26)

    Coucou ! J'avais oublié... cette femme sur My Space... Je me souviens maintenant que tu l'avais mise en écoute.. Je suis contente de la ré-entendre... Ce son est habité. Merci.

  • #2

    maia-alonso (vendredi, 03 octobre 2014 11:17)

    Je l'apprécie beaucoup et nous avons de temps en temps des échanges très amicaux via Fb...