Rencontre : Patricia Martinez, Photographe de la vie couleur café

Je l’appelle Ozita. En elle, toute la magie d’Oz, Oz étant son pseudonyme de photographe. Si Patricia Martinez a une plume et une voix qui vous retourne, elle a surtout un regard, une telle  sensibilité que chacune de ses photos peut couper le souffle…

Le sourire rare, le visage grave. Elle aime le tango et le chante divinement. Elle aime les mots et jongle avec, délicieusement. Elle a un cœur de maman gros comme ça. Comme  photographe, c’est une croqueuse de la vie à vif particulièrement douée.

Notre rencontre virtuelle via Myspace, date voici maintenant d’un certain nombre d’années. Le dialogue s’est poursuivi via Facebook. Et puis, il y a eu la rencontre réelle à Nîmes, en juin 2012 …

Elle m’attendait à la gare de Nîmes. Je l’ai vu venir vers moi derrière ses grosses lunettes noires de star, avec son bandana violet, son pantalon baggys  et ses baskets. Une vraie nana hip hop ! Je vais découvrir au cours de la soirée  combien cette culture compte pour Patricia :

« Le hip hop prône la paix. C’est le respect de l’autre, du pluriracial,  l'unité des peuples … »

Nous évoquons à peine le reportage sur elle pour Nananews.fr que je suis venue faire. Nous avons tant à échanger que l’interview classique est aux oubliettes. Cependant, j’enregistre dans mon cœur ces moments précieux, subjuguée par l’immense compassion qui dévore son regard.

Patricia me parle de sa passion née assez récemment pour la photographie :

« Juste une autre façon de partager et d'échanger... Un jour je me suis mise à voir et depuis je vais où mon regard me porte et non mes pas... »

L’art, Patricia Martinez est tombée dedans toute petite. Elle commence par la danse qui devient l’expression de son tempérament de feu. Et puis s’ajoutera la chorégraphie, tant elle a besoin d’exprimer mille et une émotions. Mais une blessure met fin à sa carrière sur les planches.

Etant parfaitement bilingue, avec le groupe Amanecer (Lever du Jour) elle enregistre quelques chansons en français et en espagnol. Une voix à la fois mutine et sensuelle.

La rue est son théâtre

Ce qui retient mon attention, son  regard, profond, une chambre noire où se développent les images qui la bousculent, l’émeuvent, la hantent. Il y passe un reflet de mélancolie. Il semble avoir accompagné bien des souffrances. Dans une autre vie, une de ses multiples vies, Patricia est aide soignante au CHU de Nîmes. Un univers où l’on ne côtoie pas la légèreté tous les jours alors quand elle retrouve la rue et sa débauche de vitalité, elle devient gourmande voire affamée et elle enchaîne les « clics » avec son inséparable Canon 500D numérique.

Le miracle est au rendez-vous, à chaque fois. De la chance ? Non, c’est ce qu’on appelle le talent :

« C’est vrai, je suis autodidacte dans ce domaine mais  je travaille dur pour maitriser la technique qui donne la liberté d’action.  Je ne sais pas si j'ai du talent, mais je me dis que si dans mes photos l'émotion est omniprésente, si une poignée de personne s'arrête sur mon travail et voit à quel point j'aime chacun de ces visages connus ou inconnus et bien j'en suis la plus heureuse. J’aime penser que l'émotion qui circule soit un lien qui unisse les individus entre eux. 

Quand j’ai dû arrêter la danse, ça a été un coup terrible. Il me fallait renouer avec de nouvelles sensations. C’est alors que j’ai commencé à prendre des photos… avec mon téléphone portable ! Jusqu’au jour où une amie m’a mis ce bijou entre les mains et depuis nous sommes inséparables, mon Canon et moi.  »

Outre son engouement pour le Street art et  le graffiti, Patricia ose tous les genres photographiques. Il faut avoir vu ces portraits le plus souvent en noir et blanc, ces Monsieur ou Madame Tout le monde qu’elle ramène dans son boitier. Il y a vraiment une grâce qui transcende ces captures de vie ! Les visages, les silhouettes mais aussi les objets, les rues, les murs, les façades… Tout prend une dimension spéciale sous le regard aigu de la jeune femme. Tout devient diablement intéressant. Et on se dit qu’on n’aurait jamais eu l’idée de photographier tel ou tel sujet.

Photographier en corps à corps -

Ce qui fait la particularité de ses photographies, c’est son corps à corps avec ses sujets. Elle opère au plus près de l’action, de la sueur, de l’émotion. L’univers du hip hop a trouvé en elle sa meilleure interprète.  Elle suit de près les danseurs mais pas seulement sur scène, elle est avec eux dans les coulisses, lors de leur préparation, et après aussi, quand la pression a cessé, que tout se relâche, car c’est dans une fraction de seconde volée qu’elle va traquer  le miracle et obtenir  la photo géniale, l’excellence.

L’évènement pour Patricia cette année (2012), aura été la manifestation Battle of the Year  dans les arènes de Nîmes début juillet, qu’elle a suivie de bout en bout avec son Canon et son regard qui ne laisse rien échapper. Les chorégraphies hip hop n’ont aucun secret pour elle et  c’est avec audace et une énergie incroyable qu’elle a cadré ses prises de vue, n’hésitant pas à adopter des positions extrêmes pour avoir le meilleur angle. Toujours au plus près de l’événement, c’est sa ligne de conduite.

« C’est seulement ainsi que je peux capturer le cœur du vrai ! »

L’édition 2012 de Battle of the Year  France a rempli son contrat. La foule des spectateurs (plus de 6000 personnes) a été comblée par des chorégraphies bien huilées, des battles exceptionnels, d'un très haut niveau, des vrilles, des freeze, des nineteen, des coupoles. Chaque crew (équipe) a donné le meilleur pour offrir du vrai spectacle. Patricia, bien sûr,  était aux premières loges avec son appareil photo !  Les artistes qui ont pu voir les résultats se sont émerveillés de ces instants vérités saisis par leur photographe préférée, toujours dans la plus parfaite humilité, sans jamais rien exiger ni signature, ni rétribution ! Juste pour le panache !

Elle et moi, Ph J.-P. Lledo
Elle et moi, Ph J.-P. Lledo

Cliché très rare d’une Patricia Martinez qui sourit. L’auteur de cette photographie n’est autre que mon ami, le cinéaste Jean-Pierre Lledo...

A Consulter :

http://issuu.com/shootingmagazine/docs/shootingmag25

https://www.facebook.com/patricia.martinez.733076

https://www.facebook.com/pages/Patricia-Martinez-Aka-Oz/304054959623308?sk=info

Article paru dans Nananews.fr le 2 aout 2012


Laissez votre commentaire ici..

Écrire commentaire

Commentaires : 0