Ma rencontre avec Sara Do, éternelle saltimbanque

Depuis la publication de ce portrait, Sara Do a fondé sa maison d’éditions associative "Terra Galice". A découvrir !

Pour commander son livre "L'accordéâme" clic ici

Editrice et poètesse, Sara Do présente son superbe recueil "L'Accordéâme" paru en 2015 - Un petit bijou !
Editrice et poètesse, Sara Do présente son superbe recueil "L'Accordéâme" paru en 2015 - Un petit bijou !

Lu sur Le Point.fr

Réparez votre âme avec un recueil de poésies

L'amour et la liberté, mais aussi le slam et les gros tracas de la vie quotidienne sont au menu de "L'Accordéâme", un mince mais dense livre de poèmes.

Publié le - Modifié le | Le Point.fr
Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © 20TH CENTURY FOX
Tout le monde – ou presque – se pique d'écrire de la poésie. Les thèmes de ces bouts rimés sont connus : l'amour, la mort, le temps qui passe et l'exaltation de la nature. Les plus audacieux se risquent à prétendre écrire en dodécasyllabes, c'est-à-dire en alexandrins. Un peu partout fleurissent des recueils souvent publiés à compte d'auteurs qui rencontrent un public restreint rarement conquis par ce qu'il lit.

Sara Do habite Sablé dans la Sarthe. Elle joue de l'accordéon, fait office d'écrivain public, est comédienne à ses heures perdues et a ouvert un atelier d'écriture. Depuis l'âge de 18 ans, elle se risque à faire des vers sur les sentiments qui exaltent ou brisent son cœur. Elle a rassemblé sa production dans L'Accordéâme. Tous ses textes ne se valent pas. Mais ceux qui prennent la forme de haïkus sont traversés par une énergie et une grâce particulière…

« Au bord du monde,

Je me suis assise

Et enfin j'ai compris.

La liberté ne coûte rien,

Elle est libre d'elle-même. »

Ou celui-ci encore plus bref qui donne son titre à ce petit livre :

« L'accordéon parle aux étoiles

et, de ses notes naît, l'accord des âmes. »

L'un des attraits de ce recueil est de constater la diversité d'inspiration de l'auteur. Aux thèmes habituels, elle ajoute les problèmes familiaux et conjugaux, une « lettre à Saïd » ou des vers qui semblent tout droit sortis d'un carnet de voyage.

L'Accordéâme de Sara Do (ed Terra Galice) 78 pages, 15 euros.

« J’ai le cœur en lever d’étoiles »…

Sara Do, ph.
Sara Do, ph.

J’ai rencontré Sara Do pour  la première fois en juillet 2008, lors du spectacle qu’elle donnait à Lectoure (32) dans le cadre du festival organisé par les Amis des chemins de Saint-Jacques de Compostelle, dont elle était l’invitée d’honneur.Cet article a été publié dans Nananews le 28 décembre 2011.


©Maïa Alonso

 

Actu de Sara Do

Son dernier texte sur son blog : "Je vous parle d'un temps..."

Vent de solitude

Empire de verre

Ma canne banc cale

Mon aimant si passion

Jette un coup d'oeil

En toile de fond

Blesse le bas

À l'un, pudeur...

 

Lire la suite sur son blog.

Cet après-midi là, dans la salle des pas perdus  près de la cathédrale, le public déjà installé sur des bancs de fortune, - le propre du festival étant de jouer avec les espaces de la ville-, Sara Do était arrivée, marchande d’histoire, diseuse de bonne aventure, avec son accordéon diatonique, sa guitare et sa valise contenant les « quatre saisons » que la veille, Antonio Vivaldi en personne lui avait remise : une cinquantaine de textes, poèmes, chansons et éclats de rire s’y s’entremêlaient à la  guitare ou l’accordéon. Le principe de son spectacle, inviter les gens autour d’elle à  plonger la main dans la valise pour en retirer des mots censés leur parler et ainsi, acteurs d’un instant, les sortir de l’anonymat pour jouer avec elle cette : « Vie en l’instant et saisons passent » : « Aucun spectacle ne se ressemble, dit-elle, on ne peut jamais deviner comment le public réagira. » La part belle à l’improvisation et beaucoup d’émotion en partage. Moi, j’en ai gardé le souvenir très chaleureux d’une artiste sans fard quoique grimée ! Une authentique artiste. Elle préfère le mot « saltimbanque ». Il lui va bien.   

Pour faire le portrait de Sara Do…

Sara Do
Sara Do

Pas facile de faire le portrait de cette nana tant elle est multiple. On la retrouve présente sur tous les fronts surtout là où ça grince, coince, souffre.

Sara, c’est un cœur en forme d’étoile avec des rayons d’amour pour épines. Ses moyens d’expression ?  Primo : une plume, de caractère bien entendu, qui explore et exprime sa  libre pensée : « Je suis rebelle à toute épreuve et résistante quoi qu'il arrive !!! »

Deuxio : une voix, pleine de lumière qui charpente ses textes, arpège sa musique avec l’inséparable compagnon, un accordéon diatonique :  Cocodéon.

Tertio : le partage, au sein de son site, sa « maison de mots » qu’elle appelle son auberge Terragalice, - et qui est aussi un atelier d’écriture, - îlot de poésie où les mots se mêlent à l'expression corporelle. Elle dit : « mes ti mots dérisoires, » ou encore « sourire au coin mes souvenirs », le tout bien entendu «  parfumé d'un thé au jasmin » et elle ajoute « de l'humeur délicate des Graves de Bord'eaux », avec son large sourire qui a connu le bord des larmes plus souvent qu’à son tour ! Sara Do recompose le vocabulaire, prend toute liberté avec l’écriture qu’elle appelle écritude,  reflet d’une attitude, en même temps qu’état d’être profond.

Le parcours d’une belle âme

Sara Do, de son vrai nom Dominique Pallardy, est née à Saint Mandé dans le Val de Marne, le 20 novembre 1957, et il faut le croire,  sous une gentille étoile. Elle dit d’elle-m’aime  en dévoyant les mots de leur écriture initiale, qu’elle « s'étoile en multi-aptitudes : Ecriveine, Accordé'âme, Comédienne, Poétesse, Conteuse, Lectrice. » Le tout en lettres majuscules ! Et elle le chante: "J'ai le cœur en lever d'étoiles..."

Après quelques années d'art clownesque, mime et spectacle de rue à Beaubourg, Sara Do rencontre son fameux accordéon diatonique. Ils ne se quitteront plus jamais. Pour le plus grand plaisir des « sans sommeil », ses doigts dit-elle,  s'accordéonnent à merveille : « Je suis comme une diseuse de bonne aventure : j’offre mes p'tits mots aux passants… »

Dans le même temps, Sara mène une carrière professionnelle alimentaire, mais pas que : elle participe à des programmes sociaux et développe des actions en insertion professionnelle. Arrivent les années Sida. Elle prend part à la lutte contre le fléau et l’exclusion qui va avec... : « J’ai passé près de vingt ans de ma vie en milieu associatif et au service des autres... Qu'ils soient enfants, adolescents, jeunes adultes, parents, grands-parents, gens du voyage, personnes handicapées... »

 L’autre est au cœur de son souci, de sa responsabilité : « Qu’il soit homme ou femme, victime de violence, usager de drogue, sortant de prison, sans domicile fixe, réfugié politique... »

Sara Do manifeste clairement un esprit  libre penseur, anti-conventionnel, sa seule loi : l’amour. Elle dort dehors, aux côtés des SDF, devant le ministère des Affaires Sociales, lors des manifestations hivernales de 1993/94... Sa vie d'artiste suit en  parallèle sa carrière professionnelle jusqu'au jour où elle décide de se consacrer uniquement à ses mots.

S'il te plaît, apprivoise-moi !

Elle remonte le cours des étapes de sa vie : « Puis est venu le temps du grand déménagement en Pays de la Loire. J’étais sous le charme de la Sarthe. Sonne l'heure du grand amour. L'idée d'un mariage, l'arrivée d'un enfant… »

Camille, source de vie, petit oiselle apprivoisée, a six mois quand elle pénètre pour toujours dans le cœur de Sara Do… : « Je suis devenue la maman de ma petite étoile. »

Et puis le temps  du grand chambardement : «  Noël 2000. J’avance alors un jour après l’autre, dans un  pas à pas difficile. »

Il y a la maladie, et près d’elle, lâcheté et tourments : « C’est la rupture de ma vie, l'union qui se détruit... »

Voilà  Sara qui marche sous la pluie avec dans ses seuls bagages, Camille,  sa petite Etoile de vie. Pour compagnons d’errance,son meilleur ami Cocodéon et ses mots d’argile, toujours imbibés d’espérance. Sara connaît le poids de la terre en souffrance mais son regard reste levé vers la voûte étoilée.  

Le temps passe, le corps se soigne, l’existence reprend son envergure. Sara  est en vie...

Sur le Chemin de Saint-Jacques de Compostelle

Arrive l’année  2003. Cela fait un moment que Sara Do y pense. Elle rêve de faire le Grand Chemin, en vraie pèlerine, la foi chevillée aux tripes, foi en l’humain, foi en l’amour universel.  Elle va rencontrer la spiritualité et s’en parer l’âme.

Elle part. Seule. A pied, bien sûr. Sur le Chemin de Saint-Jacques de Compostelle, en Terre de Galice qu’elle identifie comme son origine : « Bourrasque de vie en chemins de traverse »… 

Une inflexion intime se propage en elle : « Tu écriras le chant des étoiles, en un atelier tu te produiras.. ». C’est ainsi que naitra son atelier d’écritude en Terra-Galice.

Cette année-là, elle fait la partie française, et l’année suivante la partie espagnole, le tout en deux mois. Le Chemin lui a apporté une bouffée d’âme supplémentaire qui émerveille sa petite Camille. La fillette veut elle aussi faire le chemin avec sa Maman. Elles partiront ensemble en 2005, Camille a alors 8 ans. C’est son pèlerinage aussi Maman Sara adapte les étapes au rythme de la petite fille.

Camille qui a 14 ans aujourd’hui veut refaire le chemin, cette fois à cheval, peut-être avec des copines… Sara, infatigable, gourmande de cette spiritualité qui la nourrit,  a marché cette année jusqu’au Mont Saint-Michel, en dix jours et huit étapes de 20 à 30 km chacune. Elle n’avait en poche qu’un guide et son carnet de pèlerin, comme pour son premier chemin vers Saint-Jacques.

Une anecdote datant de 2003. Il tombait des trombes d’eau et  faisait presque nuit. Sara, vaillante, avançait sur le bord de la route. Un automobiliste passe, l’aperçoit, s’arrête, propose de la prendre à bord du véhicule. On imagine la terrible tentation !! Et qui donc lui en aurait  tenu rigueur ? Eh bien, avec un grand sourire, Sara a décliné l’invitation : « Il a dû me prendre pour une folle… » Et Sara en rit encore. Mais elle a fait son chemin en vraie pèlerine, sans argent et à pied, de bout en bout.

Sara Do envisage de gagner Jérusalem à pied dans deux ans…

Et aujourd’hui…

Sara Do, photo Michel Nay
Sara Do, photo Michel Nay

 

Photo Michel Nay " Mosaïque de Femmes " avec l'association Okyame à la Mlc Les Saulnières, lors d'une " Ballade à une étoile ♫♪♫♪ Sara Do -29 mars 2014.

Aujourd’hui, Sara Do propose ses textes à des interprètes,  participe à des lectures publiques et met en scène ses propres écrits par le biais de l'Atelier Terra-Galice. Elle articule une recherche artistique  en lien avec des artistes peintres, photographes et des musiciens de rencontre. Tout l'inspire : un chapeau, une flaque d'eau, une boîte aux lettres…Celle qui, toute jeune, ambitionnait de devenir trapéziste, inséparable de « Cocodéon, l’accordéon qui accorde les âmes », de son chien Fripouille et de sa guitare, Sara Do continue de prendre du plaisir à chanter, à lire ses poèmes et ses jolis mots, qu'elle transporte toujours dans la valise de Vivaldi…

©Maïa Alonso pour Nananews

Hommage à Jean-Louis Bongrand - A tous les siens - A tous les membres du groupe états d'âmes
Article : http://blogs.myspace.com/index.cfm?fu...
Chanson : Ballade à une étoile, Sara Do
Photos : Copyright Jean-Louis Bongrand
www.terragalice.org

Commentaires : 4
  • #4

    maia-alonso (lundi, 14 juillet 2014 13:15)

    Merci Ysabelle. Un p'tit tour sur votre site démontre que vous êtes vous aussi une belle âme sur son chemin étoilé...

  • #3

    Ysabelle (lundi, 14 juillet 2014 12:43)

    Je connais Sara depuis quelques années déjà, elle est entrée dans ma vie et dans mon cœur, j'aime son sourire, ses mots, son âme, sa musique et ses couleurs.... Merci Maia d'avoir si joliment parlé d'elle...

  • #2

    maia-alonso (samedi, 05 avril 2014 20:32)

    ce sont les meilleurs que le Ciel a mis sur ma route ! Gracias a la vida !

  • #1

    Sara Do (samedi, 05 avril 2014 18:52)

    c'est adorable... très touchée ♥ quelle joie d'être là, que du bonheur ! Merci belle Maïa ;)
    D'étoilement.